Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 10:17


Cet été j'ai lu en parallèle les mémoires de Churchill et de de Gaulle.

Ceux de Churchill ont été lus par beaucoup avant leur publication. Les textes publiés, donc, sont en quelque sort une œuvre commune... D'où une certaine platitude dans la description des faits qui, loin d'être plats, ont hyper-violamment changé la face du monde.

- Ce qui n'a pas empêché la fondation Nobel de décerner à Churchill le Prix pour la littérature.

De Gaulle, quant à lui, lorsque la France, divisée en trois zones (celle de l'occupation, celle de Vichy, et celle de l'Empire) était une réalité incertaine, en évoquant les mêmes événements, met en avant l'image d'une certaine France :

- Sa France à lui, à de Gaulle.

Sa !

Il en parle de telle façon qu'on se met à frémir, les poils du bras hérissés. J'irais jusqu'à dire qu'il parle d'une France grandiose qui n'a jamais existé et qui n'existe toujours pas.

- Que dans la littérature !

Que.

- Ce qui n'a pas empêché la fondation Nobel de ne pas accorder à de Gaulle le prix pour la littérature.

Cela étant, je me rends compte qu'il manque quelque chose à ce « billet » rédigé « en passant ».

- Je parle des mémoires de Hitler et de Staline.

Mais s'il n'y en a pas, il n'y en a pas.

Il nous reste l'Histoire.

Quand-même !

Et pourtant, du moment où elle a pu être imaginée, pourquoi n'existerait-elle pas – la France de de Gaulle ?

Quand-même !

 

Partager cet article

Repost0

commentaires