Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 18:58


La courbe de Gauss fait que la France se préoccupe beaucoup aujourd'hui de ses otages.

- C'est parce qu'elle en en a.

Parce que.

Les deux derniers, les plus « frais », sont morts. Ils ont été tués, dit on à Paris (avec une certaine malaise), par leurs ravisseurs, au Niger.

- Cela après que l'armée nigérienne et les forces spéciales françaises aient déclenché la chasse.

Certaines mauvaises langues (très peu) osent se montrer sceptiques (très peu). En tout cas, personne ne va jusqu'à comparer le résultat de l'action anti-terroriste française avec les résultats obtenus par les actions anti-terroristes russes.

- Même si la comparaison ne pouvait échapper à personne.

Deux autres otages, ensuite, moins « frais », deux journalistes de la troisième chaîne de la télévision nationale, sont maintenus dans l'attention du public par l'action de leurs confrères – avec l'aval certain du pouvoir.

- Il sont « embaumés » et « momifiés ».

Absolument, d'une certaine manière.

Il y a quelque six autres français qui soient pris en otages. Un peu partout de par le monde.

- Dans tous ces cas, les choses ne sont pas claires.

On ne sait pas pourquoi ont-ils été kidnappés, pourquoi ne sont-ils pas encore libérés, en l'occurrence, pourquoi sont ils morts.

- Justement, pourquoi ?

On n'aura pas la réponse.

- Absolument.

Les Balzac et les Hugo contemporains, capables de mettre de l'imagination sur la réalité méconnue, font défaut. Ce n'est plus leur siècle.

- Oui, ça oui.

Mai ça ne change rien à l'histoire.

Rien.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires