Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 06:03


Hier soir, en regardant DSK sur TF1, j'ai eu la nausée. L'homme m'a concassé avec ses contradictions. Oui, il a commis une faute morale. Oui, il demande pardon à sa femme (une femme exceptionnelle, dit-il, qui n'a jamais cru qu'il soit coupable, même si lui, maintenant, lui présent ses excuses ; une femme exceptionnelle dis-je, avec son hyper-sens tellement mélo-théâtrale qu'il devient dégoûtant), oui – à ses amis, oui – à ses subalternes du FMI, oui – à ses camarades politiques, et, oui – en général à l'univers.

Mais c'est un oui incompréhensible. Car dans le rapport du procureur américain, que DSK a brandit plusieurs fois, comme une Bible sui generis, il n'y avait rien d'imputable à celui qui voulait être ni plus ni moins que l'héritier du grand Charles.

- Je parle de de Gaulle.

De qui autre ?

Claire Chazal, dans son rôle de prêtresse TF1-iste, calme et stupide ou méprisante et arrogante, a osé lui poser des question sur la sort économique du monde... Je rappelle, que ce DSK-là a été démissionné de son poste de ministre de l'économie, en France, et de son poste de président de FMI, dans le monde. Et alors ? On lui pose des questions sur des problèmes qui ne veulent pas de lui. Et lui, avec l'air tout aussi arrogant que stupide, y répond.

Cela ne me convient aucunement. Ni à ma France.

Serait-il de ma faute ? Serais-je coupable de ma France ?

 

Partager cet article

Repost0

commentaires