Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

2 septembre 2019 1 02 /09 /septembre /2019 09:16
Œuf de fou 1
- pseudo-satyricon -
(suite 166)
 
« Quelle est la différence
entre nous et une maison de fous ?
Ils ont une direction lucide, eux ! »
Blague audiovisuelle.
 
« La folie de l’homme raisonnable
est anatomisée à fond par
le clin d’œil du fou. »
Shakespeare, Comme il vous plaira, II, 7 56-57
 

 

 
...Dialyse, transfusion, lavement avec
du sans-couleur (le noir) du Silence...
Rien n'est trop bon, trop bien pour RFCVIPMU.
RFCVIPMU
vit à l'heure du néant,
à la vitesse du néant...
(suite)
 
Les ailes déployées au-delà de toute espérance, au-delà de possible, la Corneille Bicéphale, impériale, pénétrait, en vol plané, dans l’espace « open » de la Rédac centrale. Des immenses diamants tailles en brillants à son cou-unique-pour-deux-têtes, la Présidence de RFCVIPMU , jetait des caprices dans l’esprit/matière des Directions Générales et des Directions tout court de RFCVIPMU . Voire au-delà de RFCVIPMU , au-delà de France Inter, France Info, France Bleu, et autres, au-delà de la Maison de la Radio, au-delà des alentours de la Maison Ronde, au-delà de l’extérieur du Camembert, au-delà de la Seine et de sa Statue de la Liberté, au-delà de… Dans toutes les directions de l’espace-temps !
 
Bref, bref, bref !
 
Les deux têtes couronnées à la manière impériale et, respectivement, républicaine, avec, comme résultat, une ogrement géante hyper-Respectabilité Capricieuse, la Corneille Bicéphale devenait l’emblème d’une toute nouvelle réalité,
 
Les langues méconnues, proclamées secrètement langues françaises universelles (il paraît que dans une ville moyenne, de la taille de Limoges disons, roule chaque année, grassement payé par le contribuable, un Festivals des Francophonies1, sic !), langues françaises particulièrement interdites (à la française) de tout caprice, rendues, c’est à dire, universellement capricieuses (à la française, toujours), formulaient des choses méconnaissables dans une délicate, ferme et noble harmonie (de Limoges ?).
 
La France et la Nomadie tombaient d’accord sur leurs caprices bi-nationaux et universels, concernant les puto-soumises, les drogues, le voile islamique, la branlette, les 35 heures et ainsi de suite.
 
Le ministre nomadien était décoré avec des caprices français ; il remettait nombre de caprices de la Nomadie, en échange.
 
Icã acceptait la proposition de Grassoull. Il se faisait installer comme Caprice élu de la Nomadie et de ses DOM-TOM. Ses mémoires plus que tiroirisées, atomisées, s’écroulaient comme absorbées par le gouffre de l’Oubli mis à la disposition du monde par Gnito.
 
Lãcrãmioara réussissait à substituer aux souvenirs les pressentiments. Elle pensait avoir neutralisé de cette façon l’action oublieuse de Gnito.
 
Avertissement
Toute ressemblance
avec ce qui s'est passé,
qui se passe
ou
qui va se passer
à RFI
a été, est ou sera
fortuite.
Pareil pour toute différence.
En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/
Partager cet article
Repost0
26 août 2019 1 26 /08 /août /2019 07:53
Œuf de fou 1
- pseudo-satyricon -
(suite 165)
 
« Quelle est la différence
entre nous et une maison de fous ?
Ils ont une direction lucide, eux ! »
Blague audiovisuelle.
 
« La folie de l’homme raisonnable
est anatomisée à fond par
le clin d’œil du fou. »
Shakespeare, Comme il vous plaira, II, 7 56-57
 
...Dialyse, transfusion, lavement avec
du sans-couleur (le noir) du Silence...
Rien n'est trop bon, trop bien pour RFCVIPMU.
RFCVIPMU
vit à l'heure du néant,
à la vitesse du néant...
(suite)
 
 
Poursuivi par une caméra agitée et instable suggérant l’inquiétude, Grassoull se levait.
 
Le ventre animé par la colite holographique et flatulencière que des succubes et des incubes, en lutte pour la survie, les uns contre les autres, provoquaient dans le boyau ministériel, Grassoull se dirigeait vers le canapé.
 
Lãcrãmioara, assise justement sur ce canapé, prise comme entre le marteau et l’enclume par deux énormes masses d’Ennui, deux masses capricieuses, celle du Passéet celle du Futur, preuve que le Grand Capricese trouvait autant derrière que devant elle, déployait ses charmes de femme mûre et parfumée1.
 
Avertissement
Toute ressemblance
avec ce qui s'est passé,
qui se passe
ou
qui va se passer
à RFI
a été, est ou sera
fortuite.
Pareil pour toute différence.
En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/
Partager cet article
Repost0
20 août 2019 2 20 /08 /août /2019 07:40

Œuf de fou

- pseudo-satyricon -

(suite 167)

« Quelle est la différence

entre nous et une maison de fous ?

Ils ont une direction lucide, eux ! »

Blague audiovisuelle.

 

« La folie de l’homme raisonnable

est anatomisée à fond par

le clin d’œil du fou. »

Shakespeare, Comme il vous plaira, II, 7 56-57

 

 

...Dialyse, transfusion, lavement avec

du sans-couleur (le noir) du Silence...

Rien n'est trop bon, trop bien pour RFCVIPMU.

RFCVIPMU

vit à l'heure du néant,

à la vitesse du néant...

(suite)

Gnito, elle, revint à l'état de « célibataire ». Après avoir quitté Stroë, après avoir mâché, ruminé, assimilé, assumé les mémoires d’Icã, elle était projetée maintenant dans le poste très exposé de Grande Prêtresse de l’Oubli français, nomadien, universel.

Stroë, redevenu lui aussi « célibataire », branché à tous les opéras du monde, mélodramatisait astralement l’état de l’Univers, comme ci-dessous :

- Il s’agit d’un filon que l’on n’a pas le droit de rater : la gravitation à une puissance qui quitte le domaine descriptible à coup de chiffres. Regardez une plante. Est-ce que c’est elle-même qui pousse vers le ciel (avec ses soleil, lune, étoiles, immensité spatiale…), en essayant éventuellement de s’envoler, de s’astraliser ou, au contraire, ce sont les soleil, lune, étoiles, immense espace (le ciel…) qui l’attirent, qui essayent de l’astraliser (pour se terrestraliser eux-mêmes) ? Pour l’instant, il n’existe pas des réponses qui ne soient pas compressées, malmenées/mal-formées par le temps terrestre.

 

Avertissement

Toute ressemblance

avec ce qui s'est passé,

qui se passe

ou

qui va se passer

à RFI

a été, est ou sera

fortuite.

 

Pareil pour toute différence.

 

 

En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)

Blog : www.alexandre-papilian.com/

 

Partager cet article
Repost0
14 août 2019 3 14 /08 /août /2019 07:59
Œuf de fou 1
- pseudo-satyricon -
(suite 166)
 
« Quelle est la différence
entre nous et une maison de fous ?
Ils ont une direction lucide, eux ! »
Blague audiovisuelle.
 
« La folie de l’homme raisonnable
est anatomisée à fond par
le clin d’œil du fou. »
Shakespeare, Comme il vous plaira, II, 7 56-57
 
 
...Dialyse, transfusion, lavement avec
du sans-couleur (le noir) du Silence...
Rien n'est trop bon, trop bien pour RFCVIPMU.
RFCVIPMU
vit à l'heure du néant,
à la vitesse du néant...
(suite)
 
Les ailes déployées au-delà de toute espérance, au-delà de possible, la Corneille Bicéphale, impériale, pénétrait, en vol plané, dans l’espace « open » de la Rédac centrale. Des immenses diamants tailles en brillants à son cou-unique-pour-deux-têtes, la Présidence de RFCVIPMU , jetait des caprices dans l’esprit/matière des Directions Générales et des Directions tout court de RFCVIPMU . Voire au-delà de RFCVIPMU , au-delà de France Inter, France Info, France Bleu, et autres, au-delà de la Maison de la Radio, au-delà des alentours de la Maison Ronde, au-delà de l’extérieur du Camembert, au-delà de la Seine et de sa Statue de la Liberté, au-delà de… Dans toutes les directions de l’espace-temps !
 
Bref, bref, bref !
 
Les deux têtes couronnées à la manière impériale et, respectivement, républicaine, avec, comme résultat, une ogrement géante hyper-Respectabilité Capricieuse, la Corneille Bicéphale devenait l’emblème d’une toute nouvelle réalité.
 
Les langues méconnues, proclamées secrètement langues françaises universelles (il paraît que dans une ville moyenne, de la taille de Limoges disons, roule chaque année, grassement payé par le contribuable, un Festivals des Francophonies1, sic !), langues françaises particulièrement interdites (à la française) de tout caprice, rendues, c’est à dire, universellement capricieuses (à la française, toujours), formulaient des choses méconnaissables dans une délicate, ferme et noble harmonie (de Limoges ?).
 
La France et la Nomadie tombaient d’accord sur leurs caprices bi-nationaux et universels, concernant les puto-soumises, les drogues, le voile islamique, la branlette, les 35 heures et ainsi de suite.
 
Le ministre nomadien était décoré avec des caprices français ; il remettait nombre de caprices de la Nomadie, en échange.
 
Icã acceptait la proposition de Grassoull. Il se faisait installer comme Caprice élu de la Nomadie et de ses DOM-TOM. Ses mémoires plus que tiroirisées, atomisées, s’écroulaient comme absorbées par le gouffre de l’Oubli mis à la disposition du monde par Gnito.
 
Lãcrãmioara réussissait à substituer aux souvenirs les pressentiments. Elle pensait avoir neutralisé de cette façon l’action oublieuse de Gnito.
 
Avertissement
Toute ressemblance
avec ce qui s'est passé,
qui se passe
ou
qui va se passer
à RFI
a été, est ou sera
fortuite.
 
Pareil pour toute différence.
 
 
En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/
Partager cet article
Repost0
12 août 2019 1 12 /08 /août /2019 07:20
Œuf de fou 1
- pseudo-satyricon -
(suite 165)
 
« Quelle est la différence
entre nous et une maison de fous ?
Ils ont une direction lucide, eux ! »
Blague audiovisuelle.
 
« La folie de l’homme raisonnable
est anatomisée à fond par
le clin d’œil du fou. »
Shakespeare, Comme il vous plaira, II, 7 56-57
 
 
...Dialyse, transfusion, lavement avec
du sans-couleur (le noir) du Silence...
Rien n'est trop bon, trop bien pour RFCVIPMU.
RFCVIPMU
vit à l'heure du néant,
à la vitesse du néant...
(suite)
 
Poursuivi par une caméra agitée et instable suggérant l’inquiétude, Grassoull se levait.
 
Le ventre animé par la colite holographique et flatulencière que des succubes et des incubes, en lutte pour la survie, les uns contre les autres, provoquaient dans le boyau ministériel, Grassoull se dirigeait vers le canapé.
 
Lãcrãmioara, assise justement sur ce canapé, prise comme entre le marteau et l’enclume par deux énormes masses d’Ennui, deux masses capricieuses, celle du Passé et celle du Futur, preuve que le Grand Caprice se trouvait autant derrière que devant elle, déployait ses charmes de femme mûre et parfumée1.
 
Avertissement
Toute ressemblance
avec ce qui s'est passé,
qui se passe
ou
qui va se passer
à RFI
a été, est ou sera
fortuite.
 
Pareil pour toute différence.
 
 
En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/
Partager cet article
Repost0
4 août 2019 7 04 /08 /août /2019 07:18
 

Werner

 

Am auzit ca Werner Söllner a murit.

Nu l-am cunoscut bine. N-am fost prieteni. Am fost doar partasi într-o batalie care azi poate parea... livresca. O batalie « de paza » dusa în jurul unui Mircea Dinescu, amenintat de Securitatea momentului (1988-89).

Dumnezeu sa-l aibe în paza.

Partager cet article
Repost0
4 août 2019 7 04 /08 /août /2019 07:14
 

Werner

 

Am auzit ca Werner Söllner a murit.

Nu l-am cunoscut bine. N-am fost prieteni. Am fost doar partasi într-o batalie care azi poate parea... livresca. O batalie « de paza » dusa în jurul unui Mircea Dinescu, amenintat de Securitatea momentului (1988-89).

Dumnezeu sa-l aibe în paza.

Partager cet article
Repost0
2 août 2019 5 02 /08 /août /2019 06:56
Œuf de fou 1
- pseudo-satyricon -
(suite 164)
 
« Quelle est la différence
entre nous et une maison de fous ?
Ils ont une direction lucide, eux ! »
Blague audiovisuelle.
 
« La folie de l’homme raisonnable
est anatomisée à fond par
le clin d’œil du fou. »
Shakespeare, Comme il vous plaira, II, 7 56-57
 
 
...Dialyse, transfusion, lavement avec
du sans-couleur (le noir) du Silence...
Rien n'est trop bon, trop bien pour RFCVIPMU.
RFCVIPMU
vit à l'heure du néant,
à la vitesse du néant...
(suite)
 
- Le déséquilibre, quoi ! reprit Grassoull. Des putes, des soumises, des puto-soumises associées, peut-être ? Syndiquées peut-être ? Et puis quoi encore ? Travailler, peut-être, vos trente-cinq heures ?… Uniquement ? Non, non ! La situation, Mesdames, Messieurs, demande à être normalisée. C’est tout simplement une question d’image. Il ne faut pas que la France et la Nomadie restent avec des images séparées, distinctes ! Vos puto-soumises ne sont pas associées, ni syndiquées. Les nôtres, bien organisées, ne sont pas victimisées. L’unification, l’internationalisation des deux, c’est possible. C'est ça la mondialisation ! Je suppose qu’une commission mixte (de préférence parlementaire mais aussi interministérielle) pourrait faire l’affaire : pour offrir une image unitaire, cohérente de ces puto-soumises de France, de Nomadie ou même d’Univers. Voilà ! Ainsi, plus d’image distincte de la France, de la Nomadie, ni de l’Univers ! Mais une image distincte, très distincte de la France et de la Nomadie et, pourquoi pas, de l’Univers. Ce qui compte, en fin de compte (tu vois : compte – compte) c’est l’image. Vu à la télé, comme dirait l’autre. C’est tout-tout-tout et encore tout, et rien d’autre que tout, le tout ! Et, pour dire encore plus, il conviendrait d’aller de l’image, de la télé, vers le son, vers la radio. Suivez mon regard… Le son, qui est encore plus insidieux, plus subversif, plus non-séparateur, plus unificateur, plus… beaucoup plus de plus… Oh, ma chère Lãcrãmioaratine ! Tu te souviens, on t’appelait Lãcrãmioaratine. Moi aussi je t’appelais… Lãcrãmioaratine. Je ne peux pas te dire quel plaisir… combien ça me fait du bien de te voir. L’intelligence, ça commence à me fatiguer. Je n’en veux plus.
 
- Eh, ben, pour un compliment…
 
Grassoull : sourire de toutes ses dents. Appréciation de l’aigreur ironique de Lãcrãmioara.
 
Ensuite, regard vers le plafond. Expression de fatigue, de résignation d’auto-appréciation autant superlative que modeste.
 
Avertissement
Toute ressemblance
avec ce qui s'est passé,
qui se passe
ou
qui va se passer
à RFI
a été, est ou sera
fortuite.
 
Pareil pour toute différence.
 
 
En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/
Partager cet article
Repost0
28 juillet 2019 7 28 /07 /juillet /2019 06:32
Œuf de fou 1
- pseudo-satyricon -
(suite 163)
 
« Quelle est la différence
entre nous et une maison de fous ?
Ils ont une direction lucide, eux ! »
Blague audiovisuelle.
 
« La folie de l’homme raisonnable
est anatomisée à fond par
le clin d’œil du fou. »
Shakespeare, Comme il vous plaira, II, 7 56-57
 

 

 
...Dialyse, transfusion, lavement avec
du sans-couleur (le noir) du Silence...
Rien n'est trop bon, trop bien pour RFCVIPMU.
RFCVIPMU
vit à l'heure du néant,
à la vitesse du néant...
(suite)
 
Reprise de Grassoull :
 
- C’est inné. Tu sais bien, s’il y a un pays qui aurait gagné le droit total, intégral, souverain, de s’occuper des putes, c’est le mien. Des putes et des mendiants. Pour les mendiants, ça y est. Nous sommes tombés d’accord. Nous, les Nomadiens, nous vous envoyons les nôtres, avec leurs caïds. Ils exploitent un peu votre masse de crétins, ensuite vous, les Français, vous les arrêtez et les envoyez (menottés ou pas, par charters ou autrement) chez nous, pour que nous les soumettrons à nos impôts, selon les règles de l’art et conformément à nos lois non-écrites. En contrepartie, nous ne faisons baisser mondialement ni le prix des escargots de Bourgogne, ni celui du TGV, ni celui du foie gras, ni celui de l’Airbus, ni celui du Beaujolais, ni celui de la haute couture ou de la banane antillaise, ni celui du Perrier, ni celui des centrales atomiques, ni celui des cuisses de grenouille… ; nous ne fournissons mondialement des mercenaires que là où la France n’est pas mondialement présente ou là où elle nous demanderait d’en envoyer ; et, last but not least, nos deux pays font mondialement front commun à l’ONU ou ailleurs (surtout contre les Américains ; mais ça peut être contre n’importe qui…). Bon ! Ça c’est réglé. Je n’insisterai pas. Pour les deux associations, par contre, c’est une toute autre paire de manches. D’abord, ces associations, « Ni putes, ni soumises » et « France – Prostitution », ont théoriquement des buts non-lucratifs, mais néanmoins des buts opposés. La chose est encore plus complexe lorsqu’on se souvient que, chez nous, les putes et les soumises – féminines, masculines ou autres, des puto-soumises – sont comme des poissons dans l’eau. Chez nous, chez les Nomadiens, elles sont… naturelles, directes, car nous, nous n’avons pas cette marge qui vous permet à vous d’être non-lucratifs.
 
Après quelques secondes de silence :
 
- Nous avons, donc, les putes, vous – les associations !
 
Avertissement
Toute ressemblance
avec ce qui s'est passé,
qui se passe
ou
qui va se passer
à RFI
a été, est ou sera
fortuite.
Pareil pour toute différence.
En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/
Partager cet article
Repost0
21 juillet 2019 7 21 /07 /juillet /2019 07:40
Œuf de fou 1
- pseudo-satyricon -
(suite 162)
 
« Quelle est la différence
entre nous et une maison de fous ?
Ils ont une direction lucide, eux ! »
Blague audiovisuelle.
 
« La folie de l’homme raisonnable
est anatomisée à fond par
le clin d’œil du fou. »
Shakespeare, Comme il vous plaira, II, 7 56-57
 
 
...Dialyse, transfusion, lavement avec
du sans-couleur (le noir) du Silence...
Rien n'est trop bon, trop bien pour RFCVIPMU.
RFCVIPMU
vit à l'heure du néant,
(suite)
 
- C’est un grand plaisir de te revoir, reprenait Grassoull, en anti-gros-plan, dans un des hologrammes gémellaires éjectés par la machine à café en pleine débandade fonctionnelle, à la limite folle de la normalité peut-être ou, ce qui revient presque au même – et pourtant si opposé ! –, à la limite normale de la folie. Personnellement, je suis vraiment enchanté. Voire plus. Enfin. Je ne prolongerai pas cette effusion, déjà trop séduisante, gracieusement sympathique… Il faut savoir s’arrêter dans la vie, n’est-ce pas ?… Mais je vais continuer1. Voilà…
(une courte pause, pendant que la caméra
explorait
d’une manière aléatoire le séjour des Glande :
les habits des deux protagonistes ;
le ventre de Grassoull,
théâtre d’une lutte intestine
au sens littéral :
la bataille était menée –
dans tous ses intestins,
y compris dans l’appendice (appendix vermiformis) –
à une allure assez vive
entre des succubes et des incubes ;
les orteils de Lãcrãmioara, qui
esquissaient une danse
délicate, ironique et finement sexy)
 
Grassoull, avec une mélodramatique élégance :
 
- J’y joue ma tête.
 
La voix de Lãcrãmioara, en off, coquette :
 
- Ça fait peur. C’est excitant.
 
Ensuite, toujours elle :
 
- Oh !
 
Grassoull, rire avec beaucoup de bonhomie :
 
- Pardon. C’est irrépressible. C’est inné.
 
(pause, rire à deux)
 
Avertissement
Toute ressemblance
avec ce qui s'est passé,
qui se passe
ou
qui va se passer
à RFI
a été, est ou sera
fortuite.
 
Pareil pour toute différence.
 
En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0