Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 09:08

 

Une fois le feuilleton Sarko – – que je t'aime, que je te divorce, que je te prends en mariage, que je te fais un enfant – pour le mieux et pour le pire – –, une fois ce feuilleton terminé, comment dire, en pompe dégonflée, nous voilà entrainés (sans avoir même le temps de respirer) dans un autre, celui de la normalitude même pas basique mais directement basse, disjonctée.

Holly, Président de Tous les Français et au Nom des Français, décide de se présenter au Monde sous une, deux, trois et ainsi de suite pluies battantes. – Il est de plus en plus mouillée.

Il doit aussi faire face à une certaine vaudevilletude, qui met d'abord en scène son parti dominé par l'irrésistible, par le formidable DSK, mouillé lui aussi, mais autrement que Holly. Ensuite, médiatiquement à égalité, il doit faire face à la guerre de ses deux concubines, l'ancienne et l'actuelle, guerre qui le surprend, parait-il.

- Il se tait.

Cela étant, je vis une expérience particulière.

- Celle de la Poule Mouillée de (dans et par le) Mauvais Goût.

Ou plutôt l'expérience de l'Œuf de Celle-Ci.

Œuf !

Ouf !

 

 

 

Repost 0
Published by Alexandre Papilian - dans Blog - Facebook
commenter cet article
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 08:26

 

Depuis deux jours, la photo de François Hollande occupe l'avant-scène de l'actualité française.

C'est Raymond Depardon qui a « immortalisé » la Présidence.

Je me demande si c'est Hollande ou Depardon qui se trouve à la racine de ce déchainement médiatique.

Je me pose des question sur le culte de la personnalité.

Je me pose aussi des questions sur le sens de la dérision de ceux qui n'ont pas raté l'occasion de se payer la tête de Hollande et de Depardon.

Je me pose des questions aussi sur la compagne de François Hollande, Valérie Trierweiler, qui va continuer professer sa... profession un peu détournée. En l'occurrence, elle va quitter le journalisme politique pour atterrir dans celui culturel.

Je me pose des questions sur le retraite de nos troupes d'Afghanistan – pour les envoyer peut-être en Syrie.

Je me pose des questions sur l'évolution des enfants de Hollande et Royal et sur celle des enfants de Trierweiler.

Je me pose des questions sur la différence entre l'€uro et la drachme – et le dollar.

Je me rends compte que les questions se bousculent au portail

- Je deviens une espèce interrogative, paraît-il.

Il.

Je me demande quelle moche m'a piqué ? La mouche des question ?

La ? Des ?

 

Repost 0
Published by Alexandre Papilian - dans Blog - Facebook
commenter cet article
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 09:51

 


Un père et une mère d'origine africaine ont été condamnés à je ne sais pas combien de mois de prison ferme pour avoir excisé leurs je ne sais pas combien de filles. En France, l'excision est interdite par la lois.

- Et quid de la circoncision ?

Quid ! Tout simple.

On me dit que :

- Ce n'est pas la même chose.

Pas.

En ce qui me concerne, je ne suis ni circoncis, ni, Dieu me garde, excisé. Et je crois que, oui, « ce n'est pas la même chose ».

Je constate néanmoins que les deux opérations concernent le sexe. Les deux sont une mutilation sexuelle. Les deux visent la masturbation. La masturbation ne serait pas bonne, dans la conception historique de la chose. Avec une différence de taille – dans la chose. L'homme circoncis ne se masturbe pas (et encore), étant obligé de se soulager par la baise.

- Et pardon pour ces mots crus !

(Ou pas pardon !– Ou pas ces mots crus – nonsens, my dear !)

Et, pendant que l'homme circoncis se soulage par la baise, allant jusqu'à l'invention de la polygamie, la femme excisée ne se soulage plus dans la baise, en acceptant avec plus d'indifférence, plus facilement la polygamie. Le premier est condamné à la baise, la seconde, à la contre-baise, pour ainsi dire.

- C'est ce que j'ai compris à l'instant même !

(Ou pas compris – re-nonsens my dear !)

Cela étant, je commence à me poser des question sur les frontières qui soit disant marqueraient les territoires de la « normalité ».

- Je que j'entrevois m'effraie.

Alors, mieux vaut que je me tourne vers les fêtes britanniques consacrées au soixante ans de règne de la Reine qui vont commencer demain, et qui retiennent toute l'attention et tout l'intérêt âcres et jaloux des médias français, républicains jusqu'à l'os.

- Ou à peu près.

Et avec ça, un « ouf » de... soulagement.

De soulagement, disais-je ?

C'est pas bien, ça. Pas bien.

 

 

 

Repost 0
Published by Alexandre Papilian - dans Blog - Facebook
commenter cet article
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 14:38

 


Le positivisme de la presse française concernant les prestations plus ou moins claires de François Hollande à l'étranger m'inquiète.

Certes, Hollande représente la France et je préfère qu'il soit pris au sérieux, qu'il soit écouté, qu'il soit sinon craint (comme un Obama, une Merkel ou un Poutine), du moins respecté.

Mais je ne sais pas pourquoi j'ai l'impression que les choses ne se passent pas ainsi.

Il veut la croissance, Hollande – mais il ne dit pas le comment de la chose.

Il veut se retirer de l'Afghanistan – sans formuler cet autre comment non plus.

Il fait référence à ses 60 mesures proposées dans son programme électoral. Mais qui a le temps d'analyser ces 60 phrases pour les transformer dans un programme de changement du monde ?

Car, n'oublions pas, le slogan de Hollande a été « Le changement, maintenant ».

Cela pendent qu'il affirmait, comme Mélenchon, d'ailleurs, que la France est un pays qui peut provoquer le changement de l'Europe et de là, celui du monde !

J'ai, comme ça, une impression fâcheuse ! Notamment celle concernant le monde, lui-même. J'ai l'impression – fâcheuse, je répète – que le monde, ce monde-ci, le monde sous-lunaire, le monde terrestre, ne veut pas se laisser changer comme ça, de bon cœur.

Et du coup, je me retourne contre moi-même, en me disant que ce n'est pas bien ce que je fais, me laisser proie à des impressions fâcheuses, comme ça, seulement parque la presse française s'empresse de dire des choses qui n'ont pas lieu d'être dites et, du coup, de créer ainsi l'impression – fâcheuse, je le dit et redit jusque où on va m'entendre – que tout cela n'est que la foutaise.

De la ! 

Repost 0
Published by Alexandre Papilian - dans Blog - Facebook
commenter cet article
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 04:19

 


Je suis plus qu'ému !

J'ai d'abord un Chef de l'État qui – mouillé par la pluie, frappé par le foudre – ne veut pas habiter à la Présidence, mais simplement, normalement (?) dans son appart parisien !

Ensuite, j'ai un gouvernement parfaitement bisexué ! Encore un peu et il sera bisexuel !

- Peut-être !

J'ai des ministres et un chef de l'État moins payés !

- J'en suis fier !

J'ai trente quatre ministres et un Premier ! Parmi les ministres, j'ai le plutôt extraterrestre du Redressement Productif !

- Délicieux !

Aussi, un ministre – une ministre ! na ! (à l'image télévisée délicieuse) – à double nationalité (pour l'instant), française et marocaine !

Puis, j'ai beaucoup de ministres dont j'ai ne rien entendu parler auparavant !

- C'est ma faute, certainement !

Je culpabilise ! Mais c'est une bonne culpabilisation !

- Enrichissante !

Cela étant, mes trente quatre membres du Cabinet, plus leur Chef, ont tous signé un document les rendant impartiaux, transparents (invisibles ?), solidaires !

Décidément, je suis riche !

C'est beau ! C'est gentil !

Je veux dire, le monde !

Je suis plus qu'ému !

Je suis terrassé !

- Je suis riche !

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Alexandre Papilian - dans Blog - Facebook
commenter cet article
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 15:46


 

Vu le duel extrême gauche (Melenchon) – extrême droite (Le Pen), annoncé pour les législatives, on peut se demander non pas qui va gagner, mais à qui profite la bataille.

Dans ce sens il faut regarder vers les socialistes et vers l'UMP.

Les premiers seront très embarrassés se voir « cadeaurisés » d'un Mélenchon parlementaire. Leur marge de manœuvre sera sérieusement réduite. Pire, Mélenchon, redoutable tribun, pourra leur faire des misères et des hyper-misères dans l'hémicycle, en réconfortant ainsi l'opposition « modérée », « républicaine », incarnée par l'UMP. Pirissime encore, l'agitation de l'hyper-agitée Mélenchon pourra même compromettre la dissolution espérée (par les socialistes) de l'UMP...

- Les socialistes, donc, n'ont aucun intérêt de voir Mélenchon gagnant les législatives contre Le Pen et, au contrario, ont tout l'intérêt de voir le Pen vaincre....

Et cela, même si Mélenchon ne se privera pas de se victimiser et plus encore si affinités, dans le cas où le socialistes le laisseront tomber pendant son duel avec Le Pen.

Autrement dit, les socialistes sont obligés d'espérer dans une victoire de Le Pen.

- Et cela pour embarrasser encore plus l'UMP.

Car l'UMP, elle, sera très embarrassées se voir « cadeaurisés » d'une Le Pen parlementaire. Sa marge de manœuvre sera sérieusement réduite. Pire, Le Pen, redoutable tribun, elle aussi, pourra lui faire des misères et des hyper-misères dans l'hémicycle, en la poussant vers une extrême-droitisation non voulue et contre-productive politiquement.

- Une fois entrée à l'Assemblée, Le Pen s'emploiera pour convertir « les républicains » et « les modérés », et pour laminer l'UMP...

Avec de grandes chances de réussite.

Alors, si j'étais socialiste, je laisserais tomber Mélenchon, je favoriserais l'entrée de l'extrême droite dans le Parlement, au risque de me faire bouffer par « le marinistes » qui surfent sur la crête de cette lame de fond ressentie dans toute l'Europe, qui est l'hyper-nationalisme, voire l'extrême droite...

Mais, j'en ne suis pas un.

- Je veux dire, socialiste.

Et je ne veux pas en être.

- Ni un, ni deux, ni tous.

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Alexandre Papilian - dans Blog - Facebook
commenter cet article
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 07:21


 

 

 

 

Cette campagne pour les présidentielles nous a apporté une image assez intéressante de la France momentanée.

Parmi elles, la présence d'un Mélanchon et d'un Bayrou.

- Deux guignols.

Le premier, qui, dans les sillons d'un fossile vivant portant le nom de Hessel, visite les instincts plus ou moins grégaires, propres au XIXème siècle, a fait un petit « pschit », après une série de meetings plus que spectaculaires.

Le second, après un « pschit » comparable au premier, a annoncé qu'il va voter pour le candidat socialiste – mais... qu'il ne donne pas de consigne de vote pour ceux qui ont voté pour lui.

- Qui ont « psichté » avec lui.

Qui.

Deux loosers ? Possible. En tout cas, deux ridicules. Deux inutiles.

Au mieux, deux spectres qui hantent l'Europe.

- Dans la mesure où la France se trouve en Europe.

Dans. En.

Mais, enfin. Passons. La grand Histoire va avaler, comme toujours, la petite histoire.

Jusque là, revenant les pieds sur terre, disons au candidat socialiste qu'il devrait se mefier de l'appui apporté par ces deux... spectres.

- Par ces deux loosers.

Par.

Et pourquoi lui dire cela ?

- Comme ça, par pure sympathie.

Et qu'est-ce que la sympathie à avoir dans cette affaire ?

- Voilà une question plus qu'embarrassante.

Plus. 

Repost 0
Published by Alexandre Papilian - dans Blog - Facebook
commenter cet article
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 06:13


Sarko, famille recomposée. Holly, pas loin.

Pensons un peu à leurs enfants et à ceux de leurs ex-femmes/ex-compagnes.

- Certains d'entre eux voudraientfaire de la politique.

De la quoi ?

Pensons ensuite aux électeurs lepenistes ou mélanchonistes.

- Ceux-ci fontde la politique.

Vraiment ?

 

Repost 0
Published by Alexandre Papilian - dans Blog - Facebook
commenter cet article
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 09:57


Mélenchon, un type au front étroit et créponé, grand tribun, artiste du langage révolutionnaire du XIX-ème, en agitant son chiffon rouge (porté à la cravate), essaye de transformer le gentil coq national en sombre taureau révolutionnaire interprète de l'Internationale. Sarkozy et Hollande, considérés comme les principaux concurrents dans les actuelles présidentielles, lui emboitent le pas et organisent chacun de son côté des grands meetings aujourd'hui même, à Paris, comptant sur le fait que les parisiens meurent de curiosité de les voir se mélanchoniser.

Cela n'est que très bien !

- Pour la galerie !

Il faut profiter de la vie.

- En rire.

En.

Il aurait été comme ça, avec tous ces candidats qui frôlent avec beaucoup de bonhomie et d'appétit le ridicule. Il aurait été comme ça, mais il n'en est plus. Car, voilà ce qui se Passe. Sarko, conseillé par une tête ronde et sombre (toute aussi intelligente que celle de notre BHL national, qui nous a entraîné dans la guerre de Libye, avec ses fâcheuses conséquences maliennes), décide de reconnaître que la France a maltraité les Harkis. Je ne saurais pas dire quelle est la vérité de cette histoire fondue dans l'Histoire.

- Personne ne me le demande, d'ailleurs !

Il ne manquerait que ça, voyons !

Personne ne me le demande, donc – et j'en suis reconnaissant à ceux qui composent ce(tte) Personne –, mais je sens la honte monté en moi.

Et je me demande, pourquoi moi ? Mais aussi, pourquoi pas moi ?

- Putain, quel Cirque !

 

Repost 0
Published by Alexandre Papilian - dans Blog - Facebook
commenter cet article
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 13:39


Je subis la pression médiatique de la campagne présidentielle. Comme tout un chacun, d'ailleurs.

- Aborigène ou immigré.

- Mes copains Nicole et Jean-Marcel inclus.

Nicole tremble de peur. Elle se dit que la crise va provoquer un gauchissement, un gauchissement de la politique. Pire encore, de la société.

- Un gauchissement sociétal, comme on dit avec beaucoup d'élégance linguistique aujourd'hui.

Aujourd'hui.

Elle croit que son assurance-vieillesse sera anéantie par l'inflation et, qui sait, par une sorte de réquisition, de nationalisation des économies des Français.

- La pauvre assurance-vie de Nicole comprise.

Elle est rejointe, la Nicole, par Jean-Marcel, un des richissimes locaux. Celui-ci regarde vers ses ami(e)s comparables en richesse, qui s'empressent, eux, de transférer leur pognon en Suisse. Lui-même, par contre, compte rester en France. Il se positionne déjà en victime :

- Même s'ils vont me prendre tout, je reste une fils de mon pays.

Il sait bien que :

- S'il y a un parti capable de mener une politique de droite en France, celui-là ne peut être que le parti socialiste.

Il est bien connu (conformément à certains études) que pour chaque cellule du corps humain il faut prendre en compte entre 10-100 bactéries qui vivent leur vie sur et dans ledit corps. Si on faisait le calcule, on arriverait à des chiffres enivrants, soulants, vertigineux, abyssaux. En plus, il faut dire que beaucoup de ces bactéries restent inconnues (anaérobies, elles meurent et se soustraient de cette manièreà la curiosité humaine, dès qu'elles sont sorties du corps humain). Les théories des grands nombres y trouvent paraît-il des terrains de plus en plus fertiles pour leur développement.

J'écoute les candidats à la présidence, j'écoute Nicole, Jean-Marcel, ainsi les scientifiques et d'autres encore et encore. Je me sens comme tombé dans une espèce de creux schizo, parano et/ou an-historique.

Alors, je me permets de fantasmer. J'imagine que la sarabande vertigineuse des chiffres avancés par nos candidats à la Présidence de la République, par nos Nicole et Jean-Marcel, par nos scientifiques et par d'autres encore et encore qui effrayent encore et encore beaucoup de mes malheureux contemporains, partenaires de bridge compris, soit en réalité un effet de l'activité de ces bactéries humaines ou, si vous voulez, des bactério-humaines, voire de l'humanité bactérienne.

Alors, revenu sur terre, animé par un très sain esprit de copinage bridgistique, sublimé dans une grégaire et très saine colère citoyenne, je m'insurge :

- D'où sortent-ils, les candidats à la présidence de la République, tous ces chiffres qui mieux mieux énormes, géantes et, pour la vie de tout un chacun, absolument inutiles, et à quoi bon les ventilent-ils sous nos nez (Nicole et Jean-Marcel inclus), qui n'en avons rien à cirer ?

Pour ne pas dire à foutre !

D'où la question ci-près, métaphysique fondamentale :

- Quelle différence entre faire et foutre ?

Pourrait-on croire/espérer que la réponse soit cachée dans l'expression « se faire foutre » ? Se – qui ?

 

 

 

 

Repost 0
Published by Alexandre Papilian - dans Blog - Facebook
commenter cet article