Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 08:56


Franchement, je ne comprends pas. On discute, on débâte, on polémique. Le sujet : la proposition de loi concernant l'euthanasie... Certains, situés à une extrême, jugent l'euthanasie comme un acte criminel. D'autres, à l'extrême opposée, réclament le droit de tuer.

- Àla demande du precadavre même.

- Ou à celle de ses proches, de ses « appartenants », de ses possesseurs (ou possedants ?).

À!

La position extrémiste du moins est claire.

- C'est la vertu de toute extrême.

Entre ces deux pôles, nous autres, nous nous tortillons les neurones et les atomes de nos psyché pour se positionner.

Hitler et Staline – qu'on le veuille ou pas, nos ancêtres, nos parents, nos parrains – ne sont pas morts. Ils sont nos parents.

- Àdéfaut, nos parrains.

À!

- Même en les condamnant, ils vivent en nous ; nous les faisons vivre !

Et nous avons peur d'eux.

- De nous !

De !

C'est une peur commode. Elle s'offre en tant que rempart contre nos instincts qui ont pondu Hitler et Staline.

Mais, s'il vous plaît, comment se fait que la Belgique, les Pays-Bas et autres Suisses ont accepté la mort assistée médicalement ?

Comment ?

- Il y a quelque chose que je ne comprends pas.

 

Repost 0
Published by Alexandre Papilian - dans Blog - Facebook
commenter cet article
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 09:17

 


Le président chinois se trouve en visite aux États Unis. Occasion pour les deux parties d'agiter devant l'autre un spectre...

Les États Unis affirment que la Chine devrait mieux respecter les Droits de l'Homme. La Chine affirme que l'actuel système monétaire – bâtit sur le Dollar – n'est plus approprié.

Étrange concocte que celui des Droit de l'Homme et du Dollar !

Signe des temps modernes ? Soit ! Mais étrange toujours.

On remarquera pourtant que les deux spectres, et les Droits de l'Homme, et le Dollar, ont été des armes américaines.

- Des armes pacifiques.

Pacifiques.

- Ce qu'ils demeurent toujours.

Toujours !

- Encore un mot, et on sera désigné comme pro ou philo-américain.

Philo. 

 

Repost 0
Published by Alexandre Papilian - dans Blog - Facebook
commenter cet article
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 09:16


Le président chinois se trouve en visite aux États Unis. Occasion pour les deux parties d'agiter devant l'autre un spectre...

Les États Unis affirment que la Chine devrait mieux respecter les Droits de l'Homme. La Chine affirme que l'actuel système monétaire – bâtit sur le Dollar – n'est plus approprié.

Étrange concocte que celui des Droit de l'Homme et du Dollar !

Signe des temps modernes ? Soit ! Mais étrange toujours.

On remarquera pourtant que les deux spectres, et les Droits de l'Homme, et le Dollar, ont été des armes américaines.

- Des armes pacifiques.

Pacifiques.

- Ce qu'ils demeurent toujours.

Toujours !

- Encore un mot, et on sera désigné comme pro ou philo-américain.

Philo. 

Repost 0
Published by Alexandre Papilian - dans Blog - Facebook
commenter cet article
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 05:07


Le mariage des homosexuels, la procréation artificielle, l'euthanasie...

- Il y a débat.

Yes !

- On se calme !

On se calmera bientôt, de toute façon. Nous évoluons dans un monde...

- Évolué !

Yes !

Et plus encore.

- Yes !

Une très gentille dame lambda, en parlant de l'âge de ses deux enfants :

- Ils sont grands, tous les deux. Ils sont tous les deux divorcés...

Repost 0
Published by Alexandre Papilian - dans Blog - Facebook
commenter cet article
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 15:28

          Est-ce qu'il existe quelqu'un capable de (nous) dire qu'est-ce qu'il barbote dans la tête de quelqu'un, qui s'immole par le feu?

J'aimerais bien l'entendre.

- Vous non ?

 

Repost 0
Published by Alexandre Papilian - dans Blog - Facebook
commenter cet article
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 15:05


Pour ceux qui sont passés par les événements menant à la chute de Ceausescu, en Roumanie, la chute de Ben Ali en Tunisie, présente des similitudes troublantes.

- Même si les conditions historiques et géographiques son différentes.

Même si !

Il s'agit du même type de dictature, « « illuminée », travaillant pour le bien du peuple – contre le désir dudit peuple. Il s'agit du même type d'oligarchie familiale qui empêchait d'autres affamés du pouvoir de s'affirmer... Il s'agit à peu près de la même durée du règne présidentiel. Il s'agit du même empressement des charognards qui écartèlent en ce moment le corps social mis à une rude épreuve. Il s'agit, en fin, d'un processus que certains, à un peu plus de vingt ans distance, s'empressent de qualifier de révolution, voire de Révolution...

- De surcroît, un caméraman français a été tué pendant les événements de Roumanie, et un photographe de presse français, pendant ceux de Tunisie...

On a eu beau à dire, ici, en France, que la société tunisienne serait construite autour des intellectuels au chômage. Les nouvelles qui arrivent de l'autre côté de la Méditerranée prouvent le contraire. La sauvagerie prédictive d'une guerre civile paraît prendre le dessus. L'opposition, s'il en existait une, n'est pas capable de propulser une personnalité représentative capable de capter le respect de l'armée, de la police, des services spéciaux, ni celui d'autres forces politique du monde.

- Les similitudes évoquées tout-à-l'heure, seraient donc, comment dire, limitées.

Limitées, absolument. Car Ben Ali, qui a quitté le pays, n'est pas Ceausescu, fusillé, lui, dans son pays après un même pas pseudo-procès.

- Limitées ensuite par la les suites possibles des événements.

En Roumanie, on avait à craindre l'intervention des armées soviétiques ; un ministre français, d'ailleurs, ne s'est pas privé de lancer un appel à l'intervention à Gorbatchev qui, lui, s'en est assis au-dessus... En Tunisie, on a à craindre l'intervention des islamistes guettant à l'extérieur. Tout comme les régimes autoritaires arabes, tel que celui de la Libye, par exemple, aurait à craindre à une extensions des troubles tunisiennes...

- C'est ce qu'on dit à Paris.

À Paris, où on « suit de près » le déroulement des événements de Tunisie. En tout cas, la chose y fait la une des journaux. Des journaux qui ne ratent pas l'occasion de mettre en lumière les contradictions et les hésitations enregistrées au niveau décisionnel... Contradictions et hésitations correspondant peut-être à l'histoire même...

Et pour l'instant, c'est tout. La question du titre passe inobservée. À Paris, du moins.

Y a aucun intérêt de savoir qui (ou quoi) a débarqué Ben Ali, paraît-il.

Aucun, aucun ?

- C'est vrai ?

Repost 0
Published by Alexandre Papilian - dans Blog - Facebook
commenter cet article
11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 18:58


La courbe de Gauss fait que la France se préoccupe beaucoup aujourd'hui de ses otages.

- C'est parce qu'elle en en a.

Parce que.

Les deux derniers, les plus « frais », sont morts. Ils ont été tués, dit on à Paris (avec une certaine malaise), par leurs ravisseurs, au Niger.

- Cela après que l'armée nigérienne et les forces spéciales françaises aient déclenché la chasse.

Certaines mauvaises langues (très peu) osent se montrer sceptiques (très peu). En tout cas, personne ne va jusqu'à comparer le résultat de l'action anti-terroriste française avec les résultats obtenus par les actions anti-terroristes russes.

- Même si la comparaison ne pouvait échapper à personne.

Deux autres otages, ensuite, moins « frais », deux journalistes de la troisième chaîne de la télévision nationale, sont maintenus dans l'attention du public par l'action de leurs confrères – avec l'aval certain du pouvoir.

- Il sont « embaumés » et « momifiés ».

Absolument, d'une certaine manière.

Il y a quelque six autres français qui soient pris en otages. Un peu partout de par le monde.

- Dans tous ces cas, les choses ne sont pas claires.

On ne sait pas pourquoi ont-ils été kidnappés, pourquoi ne sont-ils pas encore libérés, en l'occurrence, pourquoi sont ils morts.

- Justement, pourquoi ?

On n'aura pas la réponse.

- Absolument.

Les Balzac et les Hugo contemporains, capables de mettre de l'imagination sur la réalité méconnue, font défaut. Ce n'est plus leur siècle.

- Oui, ça oui.

Mai ça ne change rien à l'histoire.

Rien.

 

Repost 0
Published by Alexandre Papilian
commenter cet article
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 09:40


Une des choses les plus importantes de la vie c'est le contraire.

- Vrai !

Le contraire est une valeur ontologique.

Exemple.

Le jouer de bridge avisé sait que, en cas de doute, il faut se décider de faire l'impasse dans une direction et de le faire dans l'autre.

Le spectateur avisé de l'agissement politique croit savoir la même chose. Lorsqu'un homme politique fait une promesse, il faut savoir qu'elle ne va pas être tenue et se préparer pour le contraire.

- Éventuellement, prendre la fuite dans la direction opposée.

La question historique – qui a été le premier, le jouer de bridge ou le spectateur politique – n'a aucune importance.

- Du moins, aujourd'hui.

Encore que, je ne serais pas tout à fait sûr.

Tout à fait.

Pas.

- Je dirais même, au contraire.

Ou pas.

Tout à fait.

Repost 0
Published by Alexandre Papilian - dans Blog - Facebook
commenter cet article
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 17:53


Des chrétiens coptes sont tués par des islamistes.

- Ça change d'entre-tueries islamistes.

Des pluies avec des oiseaux morts sont enregistrées aux États Unis.

Une surface grande comme la France et l'Allemagne est inondée en Australie.

- Autrement dit, la France et l'Allemagne de l'Australie sont inondées...

La Hongrie prend la direction de l'Europe et réorganise sa presse, en l'amenant à un état contrôlable. Elle met en même temps en route un politique de reconnaissance de la citoyenneté des hongrois citoyens d'autres pays.

- Histoire de construire l'Europe hongroise.

Facebook risque de dépasser la valeur de Boeing.

- Histoire de s'interroger sur le contenu de la valeur ?

La Chine achète à tour de bras des dettes des pays se trouvant en difficulté.

- Histoire d'acheter la paix dans le monde, la paix du monde ; mais aussi les pays concernés.

Certains anciens des Amériques ont prédit que 2012 sera l'an où le monde prendra fin.

- Histoire de prévoir l'Histoire ; ainsi, la fin.

C'est pas beau ça ?

Repost 0
Published by Alexandre Papilian - dans Blog - Facebook
commenter cet article
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 17:00

Je n'aime pas ça.

J'écrivais il y a deux jours:

« On manifeste pour les deux journalistes de France 3 retenus en otage en Afghanistan.

« - C'est ce qu'on dit.

« - C'est à dire?

« - Est-ce que c'est pour eux ou pour une autre chose ? Poureux ou contreautre chose, non exprimée ?

« - Et boum !

« Voilà la paranoïa qui surgisse et nous contamine. Car on peut (s')imaginer toutes sortes de scénarios tissés autour des services spéciaux en quête d'informations ou en train de désinformer... On peut (s')imaginer, par exemple, que les deux journalistes (ou, au moins un d'entre eux, ou au moins un d'entre leurs accompagnateurs) seraient porteurs des puces bien implantées dans leurs tripes et bien connectées aux satellites, aux ordinateurs et aux cerveaux pensant pouret contred'autres cerveaux, ordinateurs, satellites bien connectés à d'autres pouces bien implantés dans d'autres otages...

« - Hum !

« - Oui, 'Hum' ».

Nous venons d'apprendre que les ravisseurs de ces deux journalistes de France 3 accusent la France qu'elle ne fait rien pour racheter ses deux « espions »

Je commence à avoir peur. La peur commence à m'envahir.

- À m'avoir.

Et je n'aime pas ça.

Repost 0
Published by Alexandre Papilian - dans Blog - Facebook
commenter cet article