Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

25 mars 2016 5 25 /03 /mars /2016 17:16

Monsieur le Maire,

Le Budget que nous sommes appelés à voter aujourd'hui présente d'une manière indiscutable des avancées considérables par rapport à celui précédent et, surtout par rapport aux budgets votés dans l'histoire, par la feue majorité socialiste.

Pour autant, ce budget ne correspond pas aux impératifs de l'actualité.

Je m'explique.

Le gouvernement et sa majorité parlementaire discutable, claironne partout « nous sommes en guerre ». L’opposition parlementaire profondément pervertie par sa nature même (les confrontation au plan local entre votre formation et vos alliés de l'UDI, ici, à Limoges, en témoignent), cette opposition, donc, s'en fait l'écho de la majorité : « nous sommes en guerre ».

Même si nous n'appartenons à aucun de ces courants politiques, nous ne pouvons qu'approuver. Nous sommes vraiment en guerre.

Mais nous, en ce qui nous concerne, nous faisons encore plus. Nous, le Front National, nous désignons l'adversaire. L'ennemi n'est pas le terrorisme. Le terrorisme n'est qu'un moyen. On ne lutte pas contre un moyen. On lutte contre un adversaire, contre un ennemi. Notre adversaire, notre ennemi d'aujourd'hui, celui qui veut détruire la civilisation occidentale dont nous nous revendiquons avec force, est sans aucun doute l'islamisme radical. C'est contre cet extrémisme, contre l'islamisme radical que la nation, et à l'intérieur de la nation, notre municipalité, doit concentrer toutes ses forces, pour le détruire, pour l'éradiquer et pour assurer aux Français, aux Limougeauds, la première des libertés, la sécurité.

Ainsi, pour revenir à l'actualité locale, cette lutte, cette guerre ne trouve pas son écho, son reflet dans le projet de votre Budget.Votre Budget est un budget de paix. D'une paix malmenée par la crise, mais paix quand même. Or, nous, nous sommes en guerre. Votre budget n'est pas un budget de guerre.

Certes, vous allez dire : qu'est-ce que notre Municipalité d'une ville de taille moyenne comme la notre, pourrait faire contre ou dans cette drôle de guerre qui, pour l'instant, n'est ni une guerre nucléaire, ni un guerre civile. Encore que, quant à la guerre civile, nous ne saurons pas sûrs qu'elle ne soit pas déjà commencée.

En effet, les terroristes connus, qui nous ont attaqué récemment, en France et en Belgique, sont des... européens. Oui, des européens. Mais des européens qui ne se sentent pas, qui ne se considèrent pas des européens. Et en tant que citoyens européens, ils veulent détruire la civilisation européenne. – Ce n'est rien d'autre, mais vraiment rien d'autre que de la guerre civile pure et dure, si j'ose dire.

Or, avec nos petites prérogatives administratives, avec nos faibles forces sécuritaires, qu'est-ce qu'on pouvait faire, nous, dans cette situation inédite, bizarre, mais pas moins affolante, démente et horrible ?

Comme quelques éléments de réponse, nous pouvons dire que nous, avec nos faibles forces, on peut regarder d'abord vers la sécurisation des point sensibles. Il faut investir dans la surveillance de tous ordres (humaine, communicationnelle, technique... etc.). Il faut assurer un présence policière dissuasive autour des écoles, institutions publiques, centre commerciaux, places publiques, etc.).

Il faut ouvrir au public les mosquées existantes, il faut permettre l’accès aux mosquées pour tout un chacun ; à l'instar des églises. En toute transparence. Il faut organiser des nombreux débats publics « en direct », dans des salles de réunions, à la télé, à la radio, sur des réseaux de socialisation, dans des journaux...

Il faut diriger les fonds financiers associatifs vers les associations qui favorisent l'apprentissage du français, les valeurs de notre nation et qui s'opposent à « l'entre soi », au communautarisme

Il faut mener une politique culturelle ouverte vers la paix raciale et sociale, et non pas, comme c'est assez souvent le cas, vers la haine du français, vers la haine du blanc, vers la haine de l'occident ou vers des concepts marginaux par rapport à la société traditionnelle, telle que la théorie du genre ou vers l'installation du religieux dans l'entreprise (comme c'est le cas avec le projet du nouveau code de l'emploi).

Pour réduire le chômage, surtout celui des jeunes, il faut organiser, avec les moyens à notre disposition, des vrais cours d'insertion professionnelles et sociale.

Il faut combattre toute forme de communautarisme par tous les moyens. Inclusif dans les crèches, restaurants, cantines. Il faut agir efficacement, avec bienveillance mais aussi avec fermeté, et non pas par des mesurettes de saupoudrage de type « médiateurs ».

Il faut faire pression, grand pression sur l'Etat pour qu'il assume son rôle. Le Préfet doit être tenu sous haute tension à moindre occasion. Pour qu'il prenne les mesures qui s'imposent et pour qu'il alerte ses supérieurs quand c'est le cas.

Le projet de Budget que vous nous présentez maintenant, Monsieur le Maire, va devenir très vite caduc. Les guerres portées aujourd'hui dans le Proche et Moyen Orient, en Ukraine, dans les Balkans (n'oublions pas les Balkans, qui sont loin d'être pacifiés), et dans l'Afrique noire ; les attaques d'avant hier, aux Etats Unis, en Grande Bretagne et en Espagne, ou celles de hier et de maintenant, en France et en Belgique, ne sont que la partie visible d'une guerre qui promet d'exploser dans des formes encore inédites dans l'histoire.

Il va falloir y faire face. Avec des moyens appropriés.

Diriger c'est prévoir.

Or, le Budget que vous nous présentez aujourd'hui manque de prévision. Et surtout de vision. Je dirais hélas !

Mon intervention dans le Conseil Municipa;l

Repost 0
Published by Alexandre Papilian
commenter cet article
23 mars 2016 3 23 /03 /mars /2016 09:44

Les politiques disent beaucoup de conneries. C'est l'époque – très bavarde, stupidement très bavarde – qui l'impose, paraît-il. Faute d'intelligence opérationnelle, on serait appelé (nécessairement) à articuler des conneries. Nécessairement. Des conneries nécessaires. Paraît-il. Nécessaires et connes (surtout).

Les médias – mérdias, dans un langage pas trop soigné, mais certainement populo-juste – se font un plaisir de diffuser/multiplier lesdites conneries. Ils contribuent, politiques et mérdias, à la banalisation du crime. On ne peut rien faire, disent-ils. La masse doit accepter les attentats perpétrés contre elle. Elle doit élire démocratiquement des incapables qui lui diront que tout, vie ou pas vie, mort ou par mort, est le résultat d'une confrontation démocratique entre la droite et la gauche et que, au-delà de cette confrontation, elle, la masse moutonisée aurait comme unique vocation d'accepter de se faire tuer

Se faire tuer c'est bien.

On n'y est pour rien.

C'est démocratique

Repost 0
Published by Alexandre Papilian
commenter cet article
16 mars 2016 3 16 /03 /mars /2016 16:07

Valls ose tirer les oreilles de Barbarin et de Benzema.

Mais pour qui se prend-il ?

Il n'a rien à faire d'autre, notre PM (Premier Ministre ou... Police Militaire?) que de donner des leçons à un prêtre et à un footballeur, Messieurs-Dames ?

Il est terrible notre PM (Premier Ministre ou...), Messieurs, Dames.

Il a tout d'un dictateur. Mais il n'a pas le pays afférent, heureusement. Il reste dans l'état émergent.

Il n'a plus que quelques mois de dictature émergente, et puis c'est fini. L’Histoire l'oubliera. Elle ne s’intéressera plus ni à notre Flamby, d'ici quelques mois.

Sauf s'il persiste et signe. Sauf !

Il en est capable. Ils en sont capables.

Repost 0
Published by Alexandre Papilian
commenter cet article
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 11:18

 

 

Jean-Luc Mélanchon s'est déclaré candidat à la Présidence de la République.

Vive Mélanchon !

Vas-y, Jean-Luc !

Fais nous rire !

L'atmosphère était trop inquiétante et morose depuis un moment. Avec ta candidature, le ciel s'éclaircit et la joie est de retour.

Casse la gauche, mon brave ! Hisse l’étendard de la générosité stupide ! Aussi celui de la stupidité généreuse ! Que rien ne t'arrête !

Ne te laisse pas impressionné par le bon-sens qui ne sert à rien dans notre actualité dominée par le terrorisme ! Montre-toi dans ta meilleure forme !

Identifie-toi psychiatriquement !

Tu es rigolo et acceptable, voire désirable. A l'instar de ton précurseur, Georges Marchais, qui nous a beaucoup amusé jadis.

Ta race fait partie de notre monde civilisé. Notre monde civilisé te laisse exister. Tu n'es pas la victime d'aucun terrorisme. Très imaginatif, tu peux formuler librement les stupidités les plus croustillantes, les plus cocasses. Tu y es invité même. Tu nous es utile dans ce sens.

On ne peut pas se plaindre. Tu fais ton boulot avec un certain brio, avec un certain éclat.

Bravo ! Re-bravo !

Fais nous rire encore et encore, cher Jean-Luc. Ne te désiste pas. Ne retire pas ta candidature. N'interrompes pas le plaisir que tu nous fais. Sois utile à notre société, à nous-mêmes.

Sois toi-même !

Fais nous être nous-mêmes !

Repost 0
Published by Alexandre Papilian
commenter cet article
30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 10:48

 

 

J'ai entendu dire que « la République détruit la France ».

Comment ça ? Depuis quand la grande Révolution, créatrice des Nations Européennes structurées autour de l'idée de la Démocratie non-esclavagiste (pour escamoter moult autres formes d'asservissement), donnant naissance à la République Française (République, mais Française ; France, mais républicaine), depuis quand donc la Révolution Française, née en France pour le bonheur de la civilisation blanche, tuera sa génitrice, la France-même ?

Non ! L'âme innocente et pure ne peut pas supporter une telle allégation.

Et voilà !

La messe est dite !

Et boum, toc, pschitt !

 

Repost 0
Published by Alexandre Papilian
commenter cet article
24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 10:10

 

 

Il y a 24 heures, les médias français nous ont annoncé l'arrivée d'une grande tempete de neige sur la côte Est des États Unis. Le sujet a fait la une de toutes les médias français importants. Pour une tempête à venir.

On se croyait aux États Unis.

Enfin, la tempête est arrivée, elle a fait des morts, mais elle ne fait plus la une des médias français. On n'est plus aux États Unis.

Comprendre qui peut !

Oui, c'est la question : qui peut ?

 

Repost 0
Published by Alexandre Papilian
commenter cet article
23 janvier 2016 6 23 /01 /janvier /2016 10:10

 

 

 

Les Oscar sont en danger. D'un côté, l'acteur noir Will Smith appelle au boycott : aucun acteur de couleur n'est nominé pour l'actuelle édition. De l'autre côté, l'actrice blanche Charlotte Rampling s'insurge : c'est une question de racisme anti-blanc.

On marche sur la lune, on manipule le gènes, on procède à des mariages homosexuels, on fait moult trafics (organes, drogues, savoir faire, enfants, esclaves...), on tue (au nom de l'argent, du pétrole, de l'islam), on pratique la spéculation boursière, on fait la guerre (pour spolier l'autre, pour épuiser les énergies en surnombre qui rendent l'humanité malade, pour tuer l'ennui), on se dispute l'histoire au nom de l'avenir, bref, on est des humains.

What else ?

Repost 0
Published by Alexandre Papilian
commenter cet article
18 janvier 2016 1 18 /01 /janvier /2016 17:33

 

 

Je viens d'apprendre qu'un certain Premier Ministre de la France – le nôtre, hélas ! – aurait participé à une émission de divertissement portant pour titre : « On n'est pas couché ».

Je tiens à dire que « on » ne me convient pas. Je n'accepte pas d'être « on ». Dans mon cas, « on » n'est ni « je », ni « moi », ni « nous ». En somme et d'une manière générale, « on » ne m'est étranger, en tout cas inapproprié.

En effet, à l'heure de la diffusion de ladite émission j'avais d'autres choses à faire. Je n'était pas couché et je ne voulais pas regarder l'émission en question. En plus je n'étais pas « on ». « On » ne me touchait pas.

Pourtant, « on » m'a touché. Ce sont les médias qui ont porté, colporté la nouvelle. Ils m'ont tenu informé de cet événement. Ils affirmaient que ledit Premier Ministre de la France aurait « assumé ». L'expression mérite un détour, mais pas maintenant. Maintenant je vais dire que, selon ces médias, l'animateur de l'émission aurait adressé un avertissant aux terroristes éventuels et potentiels : il serait inutile d'attaquer le poste de télévision à l'heure de la transmission, étant donné que l'émission aurait été enregistrée deux jours auparavant.

Il y a de ceux qui ont trouvé la chose de bon goût.

« On » a rit, paraît-il.

Les passerelles entre le monde politique et celui du showbiz commencent à être utilisées de plus en plus. Au moins deux ministres français, des femmes, ont sauté le pas. Elles sont devenues des « chroniqueuses », c'est à dire des saltimbanques en titres. D'autres politiciens, hommes et femmes, moins doués pour le cirque, moins « branchés » comme saltimbanques, mais pas loin de cet état, ont participé à des émission de divertissement qui n'avaient rien de politique. Il y a eu même un Premier Ministre à la retraite qui a du répondre à une question de haut vol, notamment : « est-ce que sucer c'est tromper ? »

La prestation de notre Premier Ministre actuel, que je n'ai pas suivie, a eu un effet bienfaisant sur mon âme touchée par une certaine mélancolie dépressive. Peut-être, ma suis-je dit, il se prépare lui aussi à sauter le pas. Peut-être qu'il se voit très bien en tant que saltimbanque, pour de vrai, en tant qu'un vrai saltimbanque, et non pas un saltimbanque caché, masqué, comme aujourd'hui. Peut-être qu'il avait trouvé son chemin de Damas à lui. Se serait-il soumis à une analyse sérieuse ? Se serait-il rendu compte qu'il serait mieux dans des habits de saltimbanque que ceux (mal coupés d'ailleurs) d'aujourd'hui, qui le rend pathétique quand il formule des généralités morales, ridicule quand il formule des sentences philosophiques, tragique quand il... gouverne.

Si tel était le cas, je ne pourrais que l'encourager fortement.

- Vas-y Manuel ! Laisse nous tranquilles. Et prend avec toi le Président, ton Président.

En ce qui me concerne, je serai content de ce changement.

Et je crois qu'une très-très bonne partie d'« on » aussi. Peut-être même plus. L'« ON » dans son intégralité.

Repost 0
Published by Alexandre Papilian
commenter cet article
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 16:09

 

 

 

Une semaine de larmes de crocodile, dans quel but ?

La Place de la République de Paris était presque vide lorsque Flamby disait sa poésie soporifique et lorsque la momie nationale, Johnny Hallyday, marmonnait la commande que l'on lui avait faite à l'occasion.

Une semaine de larmes de crocodile pour dire que les méchants n'ont rien gagné. Que les les dizaines et les dizaines de morts que ces méchants, dont on évite le nom, dont on n'ose pas dire qu'ils étaient issus exclusivement des rangs des musulmans de France ou d'ailleurs, mais des musulmans toujours, que les dizaines et les dizaines de morts, donc, tombés sous les balles des dits méchants en janvier et en novembre 2015, ne nous empêcheront pas de vivre comme des imbéciles, exposés sans défense aux attentats...

C'est pas mal pour un pays membre permanent du Conseil de Sécurité ONU et possesseur « légitime », « légal » de l'arme atomique. Pas mal. Même si imbécile.

Même si !

 

Repost 0
Published by Alexandre Papilian
commenter cet article
10 janvier 2016 7 10 /01 /janvier /2016 11:00

 

 

Il a été décidé que le 9 et le 10 janvier de cette année, les mosquées de France feront une opération de communication intitulée « portes ouvertes ». Dans d'autres mots, pendant deux jours, tout un chacun pourra entrer et sortir libre des mosquées de France.

Grande victoire de la République et de sa laïcité, n'est-ce pas ?

Repost 0
Published by Alexandre Papilian
commenter cet article