Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Alexandre Papilian
  • : Ne pas être seul dans la proximité de la création. - Partager ce qu'on peut partager pendant la lutte avec les ombres - pendant la danse avec. Personnalité(s) forte(s) et inconfondable(s), se faire intégrés dans des communautés riches en névrosées, bien intégrées dans le monde actuel.
  • Contact

Profil

  • Alexandre Papilian
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !
  • Ecrivain et journaliste franco-roumain. Le sarcasme dépasse de loin la tendresse qui,elle, reste un voeu créateur de nostalgie. Volilà !

Texte Libre

Rechercher

28 novembre 2019 4 28 /11 /novembre /2019 09:27

Quatre formes nécessaires de folie obligatoire – Mourir 28

 

La lumière m’envahit. On incinère mes résidus embarrassants sans mourir.

Je comprends tout d'un coup. D'un grand coup. D'un grand abîme hyper, trans-lumineux.

La lumière blanche et tendre de l’au-delà se tient en embuscade.

Je sais pourquoi ce ballet des deux Dufayer, fils et mère, et de Lucie autour de moi. Il y a anguille sous roche. Je parle de Lucie et du jeune Dufayer.

Je suis plus que neutre. J'ai aucune responsabilité.

<>

Il y a anguille sous roche. Je parle de Lucie et du jeune Dufayer, disais-je.

Ils me plaisent. Ils sont la vie.

Ils nourrissent un sentiment hybride de culpabilité et de bien-être.

Lucie est mineure, mais le Dufayer s'en fiche. Il prend le risque. Il la saute et il jouit de sa chaire fraîche. Dans sa chaire fraîche. La loi, il s'en fiche ! Coucherait-il aussi avec sa mère, pour satisfaire Œdipe ? Et pour finir, serait-elle inquiète ou plus encore, jalouse de Lucie, ladite mère ?

 

 

En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)

Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0
25 novembre 2019 1 25 /11 /novembre /2019 09:25

Quatre formes nécessaires de folie obligatoire – Mourir 27

 

Lucie et moi, nous sommes dans le sentiment. N’avons rien à nous dire. Avons par contre beaucoup à partager. Par des sens silencieux. Avons beaucoup à (nous) sentir.

Se cache, en faisant venir à elle le monde extérieur. Je la sens. Je la sais. Je la vis.

Elle croit s’y trouver, là, dehors.

Nous sommes tous munis d’une faculté très subtile, discrète d’infra-perception.

Je le crois. Je le sais. Je le vis.

L’être humain se heurte aux parois intérieures de la boule qui l’enveloppe. L’être humain projette sur « la vision du monde », ineffable, sublimée, invisible, illusoire, voire inexistante, ses propres désirs et valeurs, ses propres instincts. Le cas de Lucie se montre encore plus tordu que le mien. On ne peut pas regarder le monde de la même façon avec l’aide d’un œil émeraude et l’autre or. Avec cette particularité, Lucie s’est forgée une métaphore existentielle, une métaphore (de) vaironne, différente de celle du troupeau/meute : la vision reçue ne se superpose pas sur celle conçue ni sur celle voulue.

<>

Le voulu en étant inimaginable, impossible de l’obtenir avec des images ; le résultat en étant une vision instable et incertaine, composée. Pour simplifier, disons que le regard de Lucie et ses modalités de s’approprier le monde évoquent le regard d’une mouche, composé avec des yeux composés…

Avec ses yeux bicolores, Lucie est venue voir la mort, donc. Me voir.

Lucie la mouche !

<>

Je joue. Je joue un rôle. Le rôle du cadavre à mouches. C’est aussi ma fonction. J’apprends à la petite ce qu’est le Grand Passage, notion ambiguë, désignant tantôt le passage vers l’au-delà, tantôt le passage de l’au-delà vers ici. Bref, ma vie.

La confusion est de plus en plus présente et... active, dans ma tête au cerveau à ciel ouvert... là, ici ; « dans », « là », « ici » que je ne capte pas.

 

 

En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)

Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0
24 novembre 2019 7 24 /11 /novembre /2019 08:05

Quatre formes nécessaires de folie obligatoire – Mourir 26

 

Lucie capte le monde avec ses yeux vairons. Déjà avoir un œil droit et un autre gauche rend la chose compliquée. Les avoir, en plus, de couleur différente !… J’ai vu ses regards – au pluriel – sortir sous la forme de tentacules émeraude et or pour s’emparer de la réalité regardée, de moi. Elle s’emparait de moi, la petite, m’introduisait dans son intérieur. Pour m’y ruminer.

<>

Lucie, dans ma chambre single, seule, assise dans le fauteuil en métal et plastique. Me dévisage.

Me voit uniquement dans son intérieur. À l’extérieur, elle est comme aveugle à mon égard. Ce qui compte c’est ses tripes, ses agissements internes d’un noir absolu. Ça produit non pas des vues mais des visions. Digestion visuelle visionnaire.

Sa présence n'est pas désagréable. Elle contient quelque chose de bizarre. Une présence agréablement bizarre. Agréablement perverse. À son âge, avec son corps frêle, sa place n'est pas dans la chambre d'hôpital de son grand-père. Dans ma chambre. Où je me meure.

Elle est déséquilibrée, la petite. Ou bien, mon cerveau protégé par des gazes puantes disjoncte, divague, ponde des bêtises sans sens, sans raison d'être.

Mal équilibrée, la petite ! Sans raison d'être. Ce qu’elle voit pour de vrai et ce qu’elle voudrait voir ne se superposent pas.

Le monde-même est déséquilibré.

Elle voudrait voir la mort ; c'est moi qu'elle voit à sa place.

Elle avait appris que la mort existe ; on le lui avait appris.

Elle voudrait voir ce qu’elle avait appris et/ou ce que l’on lui avait appris ; elle se trouve face à une chose étrange, étrangère.

Elle se débat et se défend sans conscience contre des choses apprises et non-trouvées ; elle se trouve prisonnière de la vérité perçue/établie par ses regards tentaculaires, émeraude et or, elle se trouve connectée pour de vrai à la vraie tromperie extérieure.

<>

Elle croit identifier et vivre mon étant profond. À raison peut-être. Elle vibre lorsqu’elle touche à la mort, à moi.

C’est à elle-même qu’elle touche.

On ne touche jamais à la mort d’autrui mais uniquement à la sienne. Il n’y a pas de description interne pour la mort. Ni d’explication. Ni de réponse. Tout est singulier, individuel, personnalisé, imaginé par l’esprit strictement personnel ; un esprit opposé à la généralisation, un refuznik.

 

 

En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)

Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2019 4 21 /11 /novembre /2019 09:47

Quatre formes nécessaires de folie obligatoire – Mourir 25

 

L’infirmière en chef. L’aide soignante. Moi.

Moi, en tant qu’outil de travail pour elles. Moi, en tant que justification de la stupidité. Moi, en tant que méchanceté et en tant qu’inertie. En tant qu'entropie.

Moi, en tant que spectre aux formes trompeuses, capable de vampiriser ses descendants.

Elles, en tant que manipulatrices de mon corps, le corps du Moi.

Moi, avec ce que j’ai connu en racontant l’univers avec ma vie.

Moi, j’ai beau avoir senti, ressenti, pressenti, imaginé toutes sortes de choses, j’ai beau avoir porté à ma manière vacillante et pas trop convaincante, l’histoire, la grosse, la grande, imposante, écrasante, annihilante.

Elles, dans leur âme tressaute une problématique prolétarienne, qui efface et les idéaux moraux et les impulsions religieuses et même les joies subtiles et perverses de la connaissance, pour concevoir en échange comme unique réalité valide les acquis existentiels formés par « la vie socio-économique ».

Moi, je ne suis pas encore mort. C'est pour cela que la réalité grosse de non-sens traverse mon esprit.

<>

L’odeur de l’infirmière en chef, un soupçon d’arôme chaud. Je vis l’impression d'avoir été... abusé pendant mon sommeil. Par elle. En tout cas, d’avoir été en sa compagnie pendant ce laps de temps. Elle était ici, à côté de moi, en me tenant peut-être simplement la main.

Deux mains, une de vieillard, l’autre presque, avec leur peau fanée…

Et mon crâne trépané. Et mon cerveau que je ne peux pas voir. Ni mon anus. Ni le pancréas. La rate. La flore intestinale. Mon aura. Mon futur.

<>

Je me réveillai, la petite Lucie agrippée à ma main. Comme toujours, ses yeux vairons, l’un émeraude, l’autre or, donnaient l’impression d’avoir en face de moi deux jeunes êtres. Je ne savais pas qui me regardait. Et puis ce n’était même pas la question. Elle était là et ce n’était donc pas l’infirmière en chef mais ma petite-fille qui m’envoyait des pulsions vitales dans mes os.

Impossible d'avoir une confirmation définitive.

 

 

En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)

Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0
19 novembre 2019 2 19 /11 /novembre /2019 08:39

Quatre formes nécessaires de folie obligatoire – Mourir 24

 

La petite Lucie me rend visite. Minois asiatique adorable, des regards vairons envoûtants. Vite, elle me donne l’impression de vouloir m’avoir pour elle seule. Pour s'emparer de moi.

Il y a des sentiments dans l’atmosphère pour moi.

*

...pas responsable... ...vient me voir... ...s’inquiéter...

...toutes les éjaculations n'existent pas...

*

L’expérience accumulée est en train de pétrifier mon intérieur (on emploie aussi le terme de sclérose ; mais celui de pétrification me paraît plus approprié). On me rappelle d’une manière très vague, vaporeuse, une certitude acquise, forgée je crois dans la période prénatale mais découverte uniquement au moment de mon retour post mortem actuel. Dans les deux cas, j’ai franchi le Seuil qui sépare l’existence de l’être.

<>

L’être tue l’existence. On a dû quitter l’être pour gagner l’existence. On s’y attarderai pas. Ce n’est qu’une sensation bizarre, où le sensible se voit dépassé. Il ne s’agit pas de transcendance, déjà vécue par l’homme avec un certain succès, mais d’une immersion dans l’infra-sensible.

Je ne comprends plus le temps.

Nijinski, avant qu’il ne soit englouti par sa démence, ne comprenait plus la distance. Lui, le danseur qui sculptait de l’intérieur l’espace avec ses mouvements, avec ses distances !

Moi, c’est le temps que je ne comprends plus. Je suis confronté à une vérité hypo-materielle, au règne des forces (magnétiques, électriques, gravitationnelles, quantiques… sociales, historiques…).

La nature de ces forces m’échappe. Et si elle n’existait même pas, cette nature ?

Je ne la saisi pas. Je ne la comprends pas.

Forces, forces ! C’est quoi ? Hallucination ou pas, l’histoire me paraît la seule force capable de rendre compte de ce qu’est l’homme atemporel (anhistorique ? éternel ? ). En l’occurrence le revenant qui ne comprend plus le temps : moi.

Compliquée, car visitée en permanence (dans un éternel souci de mise à jour et de simplification), l’histoire nous décharge de l’obligation (responsabilité ?) de comprendre le monde présent, en se substituant au dit présent, en nous substituant à Dieu...

Pour une force, c’en est une !

 

 

En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)

Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0
16 novembre 2019 6 16 /11 /novembre /2019 09:04

Quatre formes nécessaires de folie obligatoire – Mourir 23

 

Bien sûr que j'en ai une, moi. Une aura. En tout cas, je possède un sens branché à cet extérieur approximatif. Je sens les regards posés, jetés, projetés sur moi pendant mon sommeil. Je sens tout avec mon aura. Mon aura est autant un sens qu'une émanation. Je dors, mais je sens que l’on me regarde et, en même temps je sens mon sommeil. J’introduis dans ce sommeil des éléments qui n’y trouvent pas leur place. Des fragments de vie sensorielle ordinaire. Cela rend mes rêves et, plus généralement, mon sommeil, nuisibles, souvent pathogènes. En revanche, j’introduis dans ma vie éveillée des tranches de délire vécues dans mes rêves, et plus généralement, dans mon sommeil ; des bouffées de fraîcheur, répercutées dans mon état général. Je regagne ainsi, partiellement, ma santé.

Je souffre d’un vrai déficit de vérité, moi. J’en suis malade.

*

...borne... ...l’extérieur du vouloir...

...être en vie... ...en mort...

pour tout un chacun...

...dans... ...en...

...deux êtres...

...le vrai... ...l’autre...

*

 

 

En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)

Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2019 3 13 /11 /novembre /2019 08:33

Quatre formes nécessaires de folie obligatoire – Mourir 22

 

La mère Dufayer essaye de nouer la conversation. Elle est entrée dans la pièce accompagnée par l’aide soignante.

Elles prennent soin de moi.

Et que je te passe l’éponge, et que je t’essuie, et que je te mets au lit, et que je t’aide à soulever les jambes, et que je te peigne, et que je vérifie la feuille de soins attachée au pied du lit et les boites de médicaments alignées sur la table de chevet. Dire qu’elles bougent pour moi. Mais, en réalité, elles s’agitent autour de moi. Si je n’existais pas, elles ne pourraient pas agir comme elles le font à présent. On appelle ça travailler.

(Le travail ! Religion moderne. La société moderne est fondée sur le chômage ! )

À leur départ, le regard de l’infirmière en chef se pose en biais sur moi : un coup de canif.

L’autre, l’aide soignante, n’est qu’un tas de hanches larges et de fesses lourdes, de « la laiterie » trémoussant sous une blouse de travail descendant jusqu'à la moitié d'un piteux pantalon marron. Elle sort de la pièce normalement, la face vers la porte, le dos vers moi.

L’infirmière, au contraire, se retire comme un sujet royal, le regard retenu par le centre du pouvoir. Pour l’occasion, le centre du pouvoir (Moi !) habite un corps agencé selon certaines lois terrestres. Il est capable de mouvement.

C’est avec le mouvements de ce corps que je dois m’exprimer. C’est mon seul outil, mon seul moyen de me manifester, de me démarquer et de me faire remarquer par les autres corps humainement habités et vaquant dans ma proximité.

Le regard coup-de-canif de la mère Dufayer prend ainsi une consistance de lumière bienfaisante. J’ai l’impression qu’elle explore mon environnement, mon aura. (En supposant que j’en aurais une, moi.)

 

 

En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)

Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2019 2 12 /11 /novembre /2019 08:25

Quatre formes nécessaires de folie obligatoire – Mourir 21

 

La folie de Fred – que j’ai provoquée ne me touche point. (Si jamais la folie pouvait être provoquée ou, pire encore, créée. Si jamais elle n’était pas une existence primaire, fondamentale, identitaire, fondatrice.) C’est comme si j’avais un moi intérieur à une pierre, mais aussi un moi extérieur à elle.

Des questions silencieuses essaiment autour de moi. Enfants, petits-enfants, corps médical ne négligent rien, ne se privent de rien.

Je vais mourir pourtant.

Entre temps, on me force à manger, à déféquer, à dormir, à me réveiller, à subir le contrecoup dépressif de tout cela..

Je continue de consentir au monde de pénétrer en moi, que je participe de ce viol, que je contribue ainsi à sa création-même.

<>

La vieillesse est une sorte d’éjaculation. On ne peut pas la retenir à l’infini. L’éjaculation/vieillesse animalise. On s’assure de ses descendants, tout en perdant de son pouvoir auto-plastique, auto-formateur. On se fie à l’espèce impersonnelle, à sa perpétuation.

 

 

En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)

Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0
7 novembre 2019 4 07 /11 /novembre /2019 08:38

Quatre formes nécessaires de folie obligatoire – Mourir 20

 

 

Jocelyn, Magali, Tom… Et Frédéric alors ?

Le plus souriant et le plus secret de tous, il est un peu débile. Un bienheureux.

Il a quatre jumeaux, le débile. Une femme lui a pondu ces quatre rejetons… À sa grande joie et à la nôtre aussi… La béatitude calme et ample de Jeanne ! C’était quelque chose ! Fallait la voir !

Ce que j’inocule à Fred pour pouvoir siroter – à la mode de l'araignée – son essence invisible, jette une lumière recréée dans ses cavernes de chair. Il est très attaché à sa famille.

Dans sa jeunesse, il fut l’esclave du rock, du basket et de la came. Il s’en débarrassa miraculeusement ; je dirais à merveille. Il s’assagit relativement tôt ; et bien. L’arrivée des enfants fut pour lui un saut qualitatif important. Il devint vraiment responsable. Aveuglement. Il existe des responsabilités aveugles. À l’insu de soi même.

Quatre morpions d’un seul coup c’était pas mal. C’était même beaucoup. Ensuite, stop ! Rien ! Nada ! Terminé !

<>

Je suis une main et une jambe pendantes et inertes. Je suis un trou puant dans mon crâne. Mais je ne peux pas être réduit à une simple équation.

- Tu tueras tes enfants !

Voilà ce que j’ai dit à Fred.

<>

En plein brouillard il se vidait de son sang. La terreur s’emparait de lui. Elle devenait sa maîtresse. Elle le fécondait. Il en était rempli.

On était son père. On n’était pas fou : on avait vécu plus que lui.

Et tant pis si vivre n’était qu’une forme nécessaire de folie obligatoire !

En tout cas, on savait plus que lui. Notamment sur lui-même. En le connaissant mieux qu’il ne se connaissait, on irritait sa fibre criminelle. Une fois revenu de son expédition translétale, on lui faisait savoir qu’il tuera ses enfants. Quatre jumeaux. Quatre enfants. Quatre crimes. Que de crimes.

On – Je – Lui– Moi – Rien – Tout – Crimes.

<>

Ma queue psycho-reptilienne se régénère tout en empoisonnant l’environnement. L’image de Frédéric prend un contour d’une grande clarté. Il vit une forte sensation de dépersonnalisation. Sa personnalité le fuit. Divisée par quatre, elle se perd dans les personnalités des quatre jumeaux. Elle personnalise les quatre jumeaux. Ce n’est pas innocent de faire des jumeaux ! Ni d'en avoir !

Comment se retrouver dans la personnalité jumelée de qui que ce soit ?

Pour ne pas parler des enfants de ces jumeaux : de l'eau perdue dans les sables du désert.

Pourtant, il a des jumeaux, ce con. Donc, il n’a pas, il n’a plus de personnalité, lui-même. Lui-même, c’est fini ! Sa vérité profonde, tétra-jumellaire, lui échappe.

Il ne peut être qu’un rien ou un fou. Ou un fou rien, sinon un rien fou.

C’est pourquoi il voudra tuer ses rejetons jumeaux. Il voudra retrouver sa personnalité. Aussi méconnaissable que ce soit. Aussi abîmée que ce soit. Ce n’était pas une question de reconnaissance ou de méconnaissance – mais d’immanence, d’être.

Il nourrissait vraiment l’envie inconsciente de se débarrasser de ses enfants jumeaux, l’envie de tuer les jumeaux !

Je ne sais pas comment. Je sais seulement que.

Je ne dispose ni des forces ni du temps nécessaire pour tourner et retourner la chose de tous les côtés. Il me suffit de savoir. Ça me suffit. Je sais. – Il les tuera ! Point ! Je dirais, même, il les tuera – ses jumeaux – plus !

Quelque chose de cela passe dans l’esprit de Fred.

- Tu tueras tes enfants !

Je vois ses yeux s’assombrir. La folie s’empare de cet ange simplet.

Le plaisir vibre dans ma gorge, à la racine de ma langue. Je jouis tellement de mon déraillement, de ma perversité !

En d’autres temps, on aurait dit de moi que je serais possédé par le Diable.

Autre fois, aujourd’hui, où ? Quelle importance ?

 

 

En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)

Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0
2 novembre 2019 6 02 /11 /novembre /2019 08:32
Quatre formes nécessaires de folie obligatoire – Mourir 19
 
J’aimerais pouvoir jeter un regard dans mon cerveau. Dans mon cœur. Dans mon pancréas. Dans mon oreille interne et dans mon œil. Dans mes ongles.
Et plus, car affinités.
Un regard direct, sans l’intermédiaire de je ne sais pas quel miroir ou appareil, fabricants ou traducteurs d’images et forcement trompeurs. J’aimerais saisir la réalité vraie, la réalité en vie, vive de mon cerveau, de mon cœur, de mon œil, de mon oreille interne, de mes ongles… J’aimerais me saisir moi-même et m'en emparer.
 
*
...des électrodes dans mon crâne trépané
ils
y ont mis des puces à l'insu de mon plein gré
(rire)
trop vieux pour la guérison mais encore
valide
pour des expérimentes
l'homme post-humain naturellement trans-humain
s'est
mis en mouvement en marche
moi
bouger...
*
La vibration interne, profonde de l’objet, c’est cela que l’on écoute et que l’on entend. À travers le son, c’est l’objet vibrant que l’on entend. Même si on croit pouvoir séparer le son de son objet émetteur. Si elle s’absente, cette vibration, c’est que la mort à gagné, on est mort. Le silence parfait est désespérant. Ça décompose. La vie est ce qui se trouve entre les vibrations. Ce sont les vibrations qui provoquent l’équilibre vital, qui maintiennent la vie en équilibre. Ce n’est pas pour rien que l’oreille interne gère et l’équilibre et l’ouïe. Il reste, quand-même, à trouver la réponse à la question suivante : opère-t-on là, dans l’oreille interne, la séparation ou la fusion de l’équilibre et du son ?
<>
J’aimerais pénétrer dans mes propres testicules. On dit que dans un jet de sperme on trouve des millions et des millions de spermatozoïdes. Quant à moi, dans ma vie, j’ai (pro)jeté mes spermatozoïdes avec superbe et indifférence, d’une manière tantôt insouciante et statistique, tantôt consciente et personnalisée. Parfois, je croyais savoir lequel de mes spermatozoïdes personnalisé arrivera à ses fins. D’autres fois, je n’étais qu’un poisson qui se soulageait sexuellement, ou encore un médecin dans un labo de fécondation assistée. – …Et elle, la partie, la moitié féminine, saurait-elle lequel de ses ovules sera fécondé et par qui ? – …Et si je n’avais pas de partenaire, mais seulement une main et une excitation imaginative, comment les choses se passerait-elles ?…
<>
Je ne sais pas comment vous autres, vous vous débrouillez sexuellement, mais moi, c’est pas évident. Auparavant, c’est à dire, avant que toute cette horreur ne me tombe littéralement sur la tête et puis dans la tête, je recourrais de temps en temps aux services de vraies professionnelles. C’est un vrai métier et elles se sentent, enfin, elles se sentaient très valorisées lorsque je bandais et éjaculais suite à leurs agissements. Animer une bûche, ce n’est pas évident. J’en suis une. Depuis longtemps. Très longtemps. Très bûche.
<>
Ils surgissent de quelque part, d’une réalité indéniable ces satanés spermatozoïdes. Ils se déclarent tout de suite d’attaque. Ils naissent ainsi : d’attaque. Ils n’attendent que le moment où le mâle est mis dans tous ses états, c’est à dire, à la merci spasmodique du monde.
Ode aux spermatozoïdes ! Ode spermatozoïdale !! Ode !!!
<>
Ce n’est pas de cette façon que j'aie été agencé. Je ne sens pas le spermatozoïde de papa, l’ovule de maman. Certainement pas ! Du tout ! D'ailleurs ils sont morts, papa, maman. Et leur vie avec. Leurs vies !
Nous, père, mère, enfant, nous ne sommes pas ça. Ni comme ça. Même pas une image de ça. Même pas un songe.
Jeanne et moi… Nous avons quatre enfants...
Alors, eux et nous ? Les avons-nous faits ? Ce sont eux qui nous ont fait ?
De surcroît, nous avons des petits-enfants à présent. D'une certaine manière, faits aussi ?… Certainement pas comme ça, avec nos parties basses respectives... Avec nos cerveaux non plus. Ni avec nos oreilles internes, pancréas, ongles... Et pourtant, ils se sont manifestés, eux, en tant qu’enfants et petits-enfants nous appartenant, des enfants et des petits-enfants à nous, suite à quelque chose que nous, Jeanne et moi, avons fait avec ce que nous avions, avec ce que nous appartenait.
Vu tout ceci, ce matin j’ai compris que Jeanne n'était pas morte, que je n'étais pas en train de mourir et qu’eux n'étaient pas nés, eux.
La mort amène l'inconsistance et la folie. La mort est une folie. La Grande Folie, peut-être.
 
 
En vente chez moi et sur Amazon (version brochée), sur Kindle (version ebook)
Blog : www.alexandre-papilian.com/

Partager cet article

Repost0